CHATEAU DE GROSBOIS
BOISSY SAINT LEGER (Val de Marne)



Les extérieurs du château de Grosbois sont classés Monument Historique ; à l'intérieur, seules les 8 toiles de la Galerie de Batailles ont été classées en octobre 1988 ainsi que les fresques et les peintures murales de la salle à manger Louis XIII. La SOCIETE D'ENCOURAGEMENT A L'ELEVAGE DU CHEVAL FRANCAIS en est propriétaire. L'alliance de la magnificence du château de Grosbois avec celle de ces Trotteurs, d'une rare élégance, est une réussite.

HISTORIQUE


façade Est du château et une partie des communsA l'origine, 1226, on trouve à la place du château une maison forte qui défendait la route allant de Paris en Suisse. Il fallut attendre la fin du XVIème siècle pour que le propriétaire du domaine depuis 1562, Raoul MOREAU, Trésorier de l'Epargne, y construise le pavillon central. Il en dota sa fille, lors de son mariage avec le ministre des finances d’Henri IV, en 1597. Le nouveau propriétaire Nicolas de Harlay est à l’origine du château actuel.

Il vendit le château en 1616 au fils naturel du roi Charles IX et de Marie Touchet : Charles de VALOIS, Duc d'Angoulême. Celui-ci y apporta de profondes modifications, lui donnant l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui, et en dessina le parc. Il fit également construire les deux pavillons de l'entrée : la bibliothèque et la salle à manger Louis XIII,
ainsi que les deux ailes, la Galerie des Batailles et la Galerie de Passage. C'est également lui qui fit détourner la route qui passait en ligne droite derrière le château.

façade Est vue du miroir d'eau

A la mort du Duc d'Angoulême en 1650, le domaine de Grosbois revint à sa petite-fille, la duchesse de JOYEUSE. Divers propriétaires vont ensuite se succéder jusqu'à la Révolution. Le domaine, alors propriété du Comte de Provence, futur roi de France sous le nom de Louis XVIII, est vendu au titre des biens nationaux, à MM. LESPARDA et BOURSAULT.

En 1797, BARRAS, un des vainqueurs de Thermidor (un de ceux qui avaient conduit Robespierre à l'échafaud et mis fin à la Terreur) acquiert Grosbois. Il a la réputation de s'être enrichi de façon suspecte.



A son retour d'Egypte, NAPOLEON BONAPARTE prend le pouvoir le 18 Brumaire. Barras se réfugie alors à Grosbois avant de prendre l'exil pour Bruxelles. Le Général MOREAU se porte acquéreur du domaine mais se voit aussi dans l'obligation de s'exiler sous l'amicale pression de Fouché, Ministre de la Police générale qui voit en lui un danger pour l'Empire. Grosbois est alors racheté par le sieur CITERNE, homme de paille de Fouché agissant lui-même sur les ordres de Napoléon. Le maréchal BERTHIER, aide de camp de l'Empereur Napoléon Bonaparte, racheta le château de Grosbois en 1805 et y vécu jusqu'à sa mort, le 1er juin 1815. Il l'agrandit en achetant terrres et forêts pour en faire la plus belle chasse de l'Empire. Berthier devenu prince de Wagram prit part à de nombreuses batailles aux côtés de Napoléon. Le château est resté propriété de famille jusqu'au 31 juillet 1962, date à laquelle le prince de la TOUR D'AUVERGNE LAURAGAIS, Charles-Louis, vend le domaine à la SOCIETE D'ENCOURAGEMENT A L'ELEVAGE DU CHEVAL FRANCAIS.





ARCHITECTURE

Le corps central, bâti par l'architecte Florent FOURNIER, fut achevé au début du 17ème siècle. Il forme, avec ses deux ailes Louis XIII en avancée, exécutées par Jean THIRIOT, un bel ensemble encadrant la cour d'honneur et cerné de douves asséchées.





LES INTERIEURS

Galerie de Batailles

galerie de batailles Les 8 tableaux qui ornent cette galerie ont été commandés par le Maréchal Berthier à l'atelier Carle Vernet. Ils représentent les batailles du Directoire, du Consulat et de l'Empire auxquelles le Maréchal a participé. Dans la plupart de ces tableaux, on retrouve l'Empereur, Murat et Berthier : bataille d'Eylau en 1807 ; bataille de Lodi en 1796 ; bataille de Rivoli en 1797 ; bataille d'Iéna en 1806 ; bataille des Pyramides en 1798 ; bataille d'Austerlitz en 1805 ; bataille de Marengo en 1800 ; bataille de Wagram le 6 juillet 1809. C'est au cours de cette bataille que le Maréchal Berthier s'est vu décerner le titre de Prince de Wagram par l'Empereur. De chaque côté de la galerie, se trouvent des moulages des maréchaux de l'Empire. La première nomination des maréchaux de l'Empire date du 19 mai 1804.bibliothèque

La bibliothèque

Créée par le Maréchal Berthier, elle renferme environ 3.000 volumes, ouvrages militaires, scientifiques, littéraires. De chaque côté de la glace, se trouvent des tableaux représentant le fils et la belle-fille du Maréchal. Ces toiles ont été peintes par Winterhalter. Le plafond de la bibliothèque est Second Empire.



Salon des chasseurs : c'est la partie la plus ancienne du château.

Le plafond de ce salon date de la construction du château et fut restauré par le Maréchal Berthier qui tint à conserver les chiffres des premiers propriétaires. C'est pourquoi apparaissent les lettres W, Prince de Wagram ; AB, Alexandre Berthier et les deux C, Charles de Valois et Charlotte de Montmorency. De superbes tableaux agrémentent les panneaux de cette salle, deux toiles de Desportes, peintre animalier du 18ème et une de Paul de Vos, école flamande milieu du 17ème siècle. Les cadres au-dessus des portes sont de Jean-Baptiste Oudry. On y trouve un très beau mobilier dont un paravent en cuir de Cordoue à décor de volatiles et grotesques du XVIIIème siècle, en provenance de Cordoba en Espagne.

Salon Régence : remarquable par ses boiseries blanc et or du 17ème. Deux portes d'après Boucher. A droite, l'enlèvement d'Europe, à gauche Leda et le cygne. Les sièges de ce salon sont d'époque Louis XV les tapisseries d'Aubusson.

salon Régence
Salon de danse


Son plafond rappelle celui du Salon des Chasseurs qui date de la construction du château. Il est décoré d'appliques murales en bronze doré Louis XVI et est garni d'un très beau mobilier. De ce salon, la vue se porte sur une clairière avec, au fond de salon de dansecelle-ci, un obélisque. Sur ses faces sont inscrits les titres et les batailles du Maréchal ; ce monument situe environ le milieu du domaine.

Le mobilier du bureau du maréchal est Premier Empire. On peut y admirer la bataille de Fontenoy en 1745 qui est une toile de Félix Philippoteaux, celui de la fameuse bataille de "tirez les premiers, messieurs les anglais".



Salon de passage

Le salon de passage décoré de boiseries Louis XVI est richement meublé (mobilier Louis XVI de salon de G. Jacobs, fauteuils garnis de tapisserie d'Aubusson à décors des fables de la Fontaine, décors en bronze à décors cynégétique).

splendide plafond à caissons Premier Empire
Salon de l'Empereur


On y découvre le splendide plafond ci-contre.

Galerie de passage

Elle comprend des portraits de dignitaires égyptiens qui se sont ralliés à Bonaparte en 1798. A l'époque du Maréchal Berthier se déroulaient à Grosbois les plus grandes chasses impériales. Le plus beau tableau de chasse se situe en 1809 avec 571 pièces dans la journée.

salle à manger


Salle à manger Louis XIII

Pièce au décor le plus ancien du château. Les fresques, d'après Abraham Bosse représentent les fêtes données au château de Grosbois à l'occasion du mariage de Charles de Valois et de sa seconde femme en 1644. Nous y remarquons une cheminée d'époque Louis XIII mais de style purement local périgourdin qui fut remontée à Grosbois en 1916, et un tapis de table du XVIème siècle entièrement fait à la main au point de canevas.





OUVERTURE AU PUBLIC

Des réceptions peuvent être organisées dans l'Orangerie du château. Une salle de 440 m2 divisible en deux grâce à une cloison mobile et un jardin anglais de 5.000 m2 sont prêts à vous accueillir.

On peut également visiter le château tous les dimanches et jours fériés de 14 à 17 heures de mi-mars à fin novembre. Ouverture possible avec accord préalable pour les groupes d'au moins 20 personnes (même en période de fermeture).





CONTACT

peinture de Jean-Baptise Oudry  Château de Grosbois
 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny
 94470 Boissy-Saint-Léger
 Tél : 01 49 77 15 24
 Fax : 01 49 77 15 25
 Email : regiegrosbois@secf.asso.fr



site Société du Cheval Français

Les informations contenus dans ce reportage ont été recueillies auprès du guide du château.



Plan de situation :