CHATEAU DE JAYET
JAYET (Puy-de-Dôme)



HISTORIQUE

L'histoire du château de Jayet est étroitement liée à celle du château de Villemont car le seigneur de Villemont et autres fiefs, devenu marquis en 1720, était aussi baron de Jayet, bailli et capitaine des chasses du duché de Montpensier appartenant à la famille d'Orléans. C'est pourquoi l'entrée de la façade sud est surmontée du blason féminin de la duchesse de Villemont, surmonté de la couronne de marquis. La forme même de ce blason indique une transmission par les femmes. Les couleurs sont traduites par des sculptures particulières de la pierre. Ainsi, sa lecture permet non seulement un suivi héréditaire, mais aussi une connaissance des particularités tinctoriales.

A Jayet, on retrouve principalement trace de :

Blason des Veyny d'Arbouse : écartelé aux 1 et 4 d'or, à l'arbousier de sinople à la bordure dentelée de gueules (qui est d'Arbouse) ; aux 2 et 3 de gueules à la colombe d'argent ; et sur le tout d'azur à trois molettes d'or et au baton de gueules péri en bande

- Michel Veyny d'Arbouse, Chevalier, seigneur de Villemont, baron de Jayet, né en 1519 mort en 1571, bailli d'épée du comte de Montpensier, capitaine gouverneur de la ville et du château de Thiers

- Gilbert I, Chevalier, seigneur de Villemont, baron de Jayet, né en 1547, tué au siège d'Issoire en 1590. Père de




- Gilbert II, Chevalier, baron de Jayet, Seigneur de Villemont, né en 1573 tué en 1630 à la prise de Saluces en Piémont, bailli d'épée du duché de Montpensier, capitaine d'Aigueperse, père de

- Gilbert III, Chevalier, baron de Jayet né en 1603, bailli d'épée du duché de Montpensier, capitaine gouverneur d'Aigueperse, père de

blason féminin de la Duchesse de Villemont- Jacques, Chevalier, seigneur de Villemont, bailli du duché de Montpensier, capitaine gouverneur d'Aigueperse, lequel rendit foi et hommage au roi en 1686, 1690 pour Jayet 15 novembre 1672 : on retrouve trace, dans les archives départementales, d'une main-levée "ordonnée par la chambre du domaine de Bourbonnais de la saisie féodale du fief de Jayet appartenant à Gilbert de Veyny d'Arbouse, saisie opérée, faute par ce dernier d'avoir produit son dénombrement dans le temps voulu".

- Gilbert Henri Amable, marquis de Villemont, baron de Jayet né en 1692, lequel en 1716-1728 rendit foi et hommage au roi pour Jayet, obtint en 1720 l'érection de la terre de Villemont en marquisat, terre comprenant dans les lettres du roi celle de Jayet

- Pierre Gilbert Philippe, marquis de Villemont, né en 1718, bailli du duché de Montpensier, Baron de Jayet, père de - Paul Augustin, marquis de Villemont, dernier baron de Jayet en 1789, né en 1750.





LE CHATEAU

logis de type MansartLe château de Jayet a probablement été construit en 1604. Il se compose d'un logis de type Mansart d'exposition Est-Ouest avec au rez-de-chaussée une grande pièce et trois annexes ainsi que trois pièces voûtées : une grande cuisine avec cheminée (le manteau a disparu), un four à pain et un potager (faïences disparues) et deux souillardes, l'une servant de réserve (petite fenêtre haute) et à l'opposé, une petite pièce avec évier de pierre. Les sols sont constitués de grandes dalles blanches. A l'étage, se trouvaient d'autres pièces dont certaines avec cheminées et décorations de stuc (cheminées et nombreux éléments sont aussi manquants) dont l'une s'ouvrait sur un balcon à balustre type Louis XIII en lave de Volvic... Un puits est à l'extérieur et à l'Ouest et, au Sud, débouche un tunnel courant sous les souillardes et la cuisine dont le rôle n'est pas encore parfaitement établi.


A l'angle Sud-Est de ce logis mansart, manque une tour carrée visible sur les vieux plans du 18ème siècle.

plan du 18ème
A ce corps de logis Mansart est accolé un bâtiment longiligne perpendiculaire d'exposition Nord-Sud très étroit sur les plans anciens et actuellement "doublé" pour en faire le bâtiment principal tel qu'il apparaît dans la série d'avant guerre des cartes postales des châteaux des environs d'Aigueperse. Le bâtiment ancien a été étoffé en largeur (les pierres d'angle du bâtiment initial sont encore visibles ; à l'intérieur on retrouve des fenêtres avec leurs barreaux et l'ouverture d'une citerne que l'on peut penser extérieure auparavant), et en hauteur (création d'un premier étage et d'un grenier), ce qui fait que ce bâtiment est maintenant plus haut que le logis initial type Mansart. Le toit actuel est composé de la réunion de deux toits 4 pentes au niveau des fausses tours (créées par doublement ou triplement du mur sur la façade sud) par deux pentes avec au centre un clocheton (aujourd'hui démoli).

Le plan du 18ème établi pour le comte de Vandègre détaille la propriété et son jardin anglais (ce nom est d'ailleurs conservé pour la dénomination au cadastre de certaines parcelles et a été récemment donné à la route qui, depuis la Nationale 9, traverse le hameau de Jayet), bien loin d'un jardin à la française rectiligne et ordonné.


une partie du canal
En effet, de larges allées courbes permettaient de s'y promener et une allée de ceinture, d'en faire le tour. Des abris rustiques avaient été installés et des ponts permettaient de traverser le canal, alimenté par trois sources et dallé sur une partie à 1,60 mètre de profondeur, et de se rendre sur l'île à son extrémité Est. Le ruisseau d'alimentation serpentait dans la pelouse Sud ; il est aujourd'hui souterrain et canalisé.

Qu'en reste-t-il de nos jours ? Les ponts ont disparu et seuls les moellons des appuis de rives sont encore visibles. Les allées et les kiosques ont également disparu car la propriété a été fortement réduite et 80 % sont aujourd'hui mis en culture.

On trouve également sur la propriété un ancien lavoir qui aurait besoin d'être restauré.


La propriété est réduite à 6,2 hectares avec au Sud une pelouse bordée par des prés et de très grands arbres séculaires (tilleuls et cèdres). Le canal a été agrandi de façon à délimiter à l'Ouest une deuxième île où l'on accède par un pont.





RESTAURATION

Les propriétaires actuels ont acheté le château il y a une dizaine d'années ; ils ont refait toutes les gouttières, le toit était en relativement bon état. Actuellement, ils remettent aux normes l'électricité du premier étage, travaux suivis des peintures ; puis ils feront des travaux identiques au rez-de-chaussée.





le parcCONTACT

Le château étant propriété privée non ouverte à la visite, je remercie les propriétaires de m'avoir si gentiment reçue.

Les informations contenues dans ce reportage ont été recueillies auprès des propriétaires.