CHATEAU DE LA BEAUME
(Puy-de-Dôme)



HISTORIQUE

A l'origine, le château de la Beaume était un fief (une beaume est une fortification sur un piton calcaire et s'écrit avec ou sans "e" selon que l'on parle la langue d'oc ou la langue d'oil).



Balustrade de récupération provenant d'une église romane du Cantal.


façade nord


Ses différents occupants furent successivement : Pierre de TERSAC, Chevalier, Seigneur de la Baume et de Ligonnes, vivant en 1420, marié avec Agnette de Montrognon ; par succession, leur fils Jean de TERSAC dit de la Baume, Chevalier, Seigneur de la Baume, vivant en 1451 ; par succession son fils, Jean de TERSAC, Chevalier, Seigneur de la Baume marié en 1499 à Marguerite de Comborn.


façade arrière (Sud) du château donnant sur l'étang
La Baume changea de famille et fut la propriété d'Hughes BEGON, Ecuyer, Seigneur de la Baume en 1540, marié avec Peyronnelle de Mons ; puis, par succession, celle de leur fils Jean BEGON, deuxième du nom, Ecuyer, Seigneur de la Baume, Chevalier de l'ordre du roi, marié deux fois (avant 1574 avec Jeanne de Chanteloube et le 8 février 1589 avec Claude d'Anglars) ; par succession, celle d'Annet de la BARBODIERE, Ecuyer, Seigneur de la Baume, marié vers 1613 avec Claude de GUISE de VILLEMOUSE ; par succession, celle de leur fils Gilbert de la BARBODIERE, Ecuyer, Seigneur de la Baume, marié vers 1642 avec Jeanne de Carlier.



blason de Michel de l'Hospital
Avec Jean-François de l'HOSPITAL (arrière petit neveu du Chancelier de l'HOSPITAL), Ecuyer, Seigneur de la Baume, marié en 1694 avec Marguerite Bérard, commence la branche généalogique du propriétaire actuel. Jean-François de l'HOSPITAL a acheté la Baume entre 1650 et 1700 ; par succession, le château devient la propriété de leur fils Antoine MARIEN de l'HOSPITAL, Ecuyer, Seigneur de la Baume, marié le 28 février 1737 avec Fleurie Arnauld. Il mourut sans postérité le 14 juin 1758 et eut pour héritière sa soeur, Marie-Claire de l'HOSPITAL qui, le 24 mars 1760, en fit don à Jean-François MONTANIER (arrière grand-père de l'arrière grand-père du propriétaire actuel), son filleul, fils puiné du défunt Antoine MONTANIER, avocat général au baillage de Montpensier et d'Anne de la Faye, du fief et seigneurie de la Baume, sous réserve de l'usufruit sa vie durant et de celle de Marien Ambroise MONTANIER, Conseiller du roi en l'élection de Gannat, oncle du décédé donateur.

Le propriétaire actuel habite au château de la Beaume depuis 1968. Avant 1968, le château était habité par ses grands-parents.





ARCHITECTURE

ancien donjonUn château fort doit avoir été à l'origine de la Beaume car il existe deux tours dont une, plus importante, devait être le donjon (ci-contre). Il y avait probablement des douves sèches. Le château fort a dû être démoli et reconstruit pour donner la construction actuelle dont la façade est longue de 40 mètres.
petite tour et sa fenêtre à meneau. On distingue la très belle génoise en pierre de Chaptuzat
Les archères et canonnières correspondant à son origine médiévale sont encore bien visibles sur les tours ; elles ont été ouvertes à différentes hauteurs (base des tours ou au contraire vers le haut avec des ébrasures différents selon les angles de tir voulus). Le château est construit en pierre de Chaptuzat. La carrière est maintenant désaffectée ; on en tirait également des lauzes pour les églises. La partie hors donjon doit dater de 1500 à peu près, les fenêtres ont dû être ouvertes au 18ème siècle. Le toit de la petite tour est très pentu, les poutres de récupération sont très vieilles (lorsqu'on se trouve dans les tours on constate qu'elles avaient auparavant une autre destination). Au haut de la tour s'ouvre une fenêtre à meneau et une meurtrière y est ouverte en hauteur. De très belles génoises en pierre de Chaptuzat ornent le dessous de la toiture.




 
 

On remarque un début d'élargissement de la base du donjon situé à droite du four à pain, ce qui laisse supposer que le terrain était bien plus en contrebas avec des douves sèches.





On ne connaît pas exactement l'âge de la porte qui orne la façade nord ; elle portait le blason de la famille qui l'a fait construire : la famille de la ROUZIERE (qui fut propriétaire du château de la Ronzière ; un des frères avait acheté la Ronzière et l'autre avait acheté La Beaume).










LES INTERIEURS


Entre le rez de chaussée et les deux niveaux supérieurs, le château comporte 14 pièces d'habitation.

Dans la salle à manger trône une grande cheminée en pierre de Chaptuzat avec, au fond, de la pierre de Volvic qui résiste beaucoup mieux au feu. Un ancien four à pâtisseries y est aménagé, en creux dans la paroi verticale du fond.





Dans le grand salon (100 m2) les propriétaires ont retrouvé le papier d'origine du 18ème siècle. On y découvre une cheminée du 18ème siècle.



détail du motif
du panneau de cheminée


On trouve également dans le grand salon, les armoiries (sculptées sur bois) de la famille de l'Abbé de LILLE de Clermont, poète de la fin du 18ème siècle, professeur de grec et de latin à la Sorbonne, Académicien ; il traduisait Virgile.


 

Dans une pièce qui servait de chambre (on peut encore apercevoir les accroches du baldaquin), les travaux de rénovation ont permis de mettre à jour une poutre peinte au pochoir.

Dans cette ancienne chambre se trouve également une cheminée 18e pour sa partie supérieure et 19e pour sa partie inférieure. Le bleu est celui d'origine car, recouvert de papier, il est resté environ 200 ans à l'abri de la lumière et la couleur n'était donc pas altérée.

 





VISITES


façade Sud vue de l'étang
salle voûtée en cours de restauration
Le château de La Beaume est habité à l'année et n'est pas ouvert aux visites. Je remercie donc chaleureusement les propriétaires de m'avoir reçue. Il est en bon état car il a toujours été habité et entretenu. Les propriétaires prennent les travaux à leur charge ne demandant aucune subvention. Le plus gros des toitures a été refait récemment ; une pièce voutée au rez-de-chaussée est en rénovation. Le château n'est ni inscrit, ni classé.

Les informations contenues dans ce reportage ont été recueillies auprès des propriétaires.