CHATEAU DE LA PLANCHETTE
MIGNERETTE (Loiret)



C'est une motte du 11ème siècle qui a servi de support à un château fort en dur vers le milieu du 12ème siècle. On pense qu'il appartenait à la famille Le VICOMTE ; il fut en partie saccagé par les anglais pendant la guerre de 100 ans.


HISTORIQUE



Blason de Jean de BONNAY



Premier propriétaire connu : Jean de BONNAY qui était, en 1291, homme d'armes, Ecuyer, Valet et Echanson de Louis X, Philippe Le Long et Charles IV Le BEL



Blason du Chevalier
de BARVILLE




En 1457, ses propriétaires sont HUET de BARVILLE et son épouse, fille de Guillaume le VICOMTE.



Blason du Chevalier de MOUSSELARD

En 1518, il passe à Jean de MOUSSELARD (1515-1685) dont la famille possédera le château jusqu'en 1702. Les MOUSSELARD sont seigneurs de Mignerette depuis 1548. En 1645, Jacqueline de MOUSSELARD est inhumée dans le choeur de l'église de Mignerette, privilège des fondateurs. En 1674, Guillaume de MOUSSELARD commandait la garnison de la Planchette avec sa compagnie du régiment de la Fère.
Découverte d'un parchemin de 1495 !



Blason de Gabriel COIGNET



La Planchette passe par mariage, en 1687,à Gabriel COIGNET qui fut Lieutenant Général du Gouvernement du Vermandois.



Blason de Pierre Le TELLIER


(1730 à 1808). Procureur au Parlement de Paris. La fille COIGNET, Charlotte, fit passer par mariage le château de la Planchette dans la famille de Pierre Le TELLIER, petit neveu du grand ministre de Louis XIV, Le TELLIER de LOUVOIS. Louis-Antoine Le TELLIER transformera profondément le château, les travaux étant effectués sous la direction d'un de MASCLARY.



La dernière fille Le TELLIER épouse, en 1795, Jean-Baptiste PATRAUD, ancien professeur de Napoléon à Brienne et intendant de l'armée d'Italie. Le château passa aux DRIARD sous Louis Philippe puis aux CATINAT après 1860. Vers 1912, Léon LAMBERT, dont l'épouse était une princesse SVIATOPOLK CZARTORYSKA, fit réaménager parc et château qui avaient souffert d'un long abandon. De 1982 à 1994, Amadéo BALLESTER commence la restauration du château pour en faire un centre de séminaires mais il doit abandonner ses projets faute de moyens financiers. Le château et ses dépendances sont dévastées à son départ.





STYLE ET AMENAGEMENT

douves en eau et tour d'angle douves en eau et tour d'angle

Construit au 12ème siècle, il fut aménagé au 16ème siècle avec des ouvertures plus grandes. Il est à noter que les styles d'architecture de La Planchette élaborés au cours des siècles sont en parfaite harmonie les uns avec les autres.

Le château de la Planchette sur son terre-plein carré est entouré de douves en eau ; les petites tours d'angle sont du 12ème, la tour d'escalier en façade du 15ème.

Il est flanqué de deux dépendances : à sa droite une dépendance du début du 17ème avec son toit à la mansart ; à sa gauche, un pont-levis et une maison de gardien suvie d'un colombier du 17ème, dont tous les bois y compris l'échelle tournante sont d'origine et intacts.





L'Architecte des Bâtiments de France estime que ce colombier est le 2ème plus beau du Loiret par son site et son état de conservation.


maison de gardien et colombier du 16e   intérieur du colombier : charpente et boulins   le colombier vu des dépendances


Le parc de trois hectares a été redessiné par un paysagiste de renom.





LE CHATEAU EN COURS DE RESTAURATION


Depuis qu'ils ont acheté ce château en 1994, monsieur et madame KESSLER ne cessent d'oeuvrer pour sa restauration.

A leur arrivée, aucune pièce n'était habitable, l'alimentation électrique et les conduits d'eau déficients dans tous les bâtiments. Le château était saccagé : il n'y avait plus ni plafond, ni cloisons, les portes et les boiseries dont certaines recouvertes de cuir de Russie avaient été brûlées, les tomettes et les très beaux radiateurs en fonte mis à la décharge, les murs porteurs recouverts de ciment gris y compris les passages en pierre de taille, des linteaux en pierre remplacés par du béton, certains murs porteurs remplacés par des murs en parpaings. Les fenêtres étaient en partie installées ainsi que deux cheminées. Le parc abandonné était envahi de ronces, les espaliers alignés sur deux allées non taillés.


dépendance vue du campanile de la tour d'escalier du 
                  château


Monsieur et madame KESSLER ont rapidement entièrement restauré et aménagé la dépendance pour y habiter, avec l'aide d'un maçon qui a séjourné 4 semaines sur place. Bien que le château de La Planchette ne soit ni classé, ni Inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historique, ils ont obtenu : une subvention de la Fondation du Patrimoine, une du Conseil Régional de la Région Centre et une du Ministère de la Culture du fait de l'intérêt de leur site. Par la suite, plus de 90 % des travaux ont été faits de leurs mains, avec parfois l'aide d'un ouvrier spécialisé. En comptant en moyenne un minimum de 5 heures de travail par jour par personne, sur 340 jours par an, en 8 ans, cela donne pour eux deux environ 27.200 heures.

cheminée ornée des différents blasonsQuelques exemples des gros travaux effectués : restauration et aménagement de l'entrée et de la tour d'escalier - restauration d'une tour du 13ème lézardée, ré-appareillage et jointement des pierres - retaille et pose de 50m2 de plancher en point de Hongrie (sur un stock de 130 m2 récupérés dans une démoliton de la place Vendôme) - restauration de la grande salle (pierres apparentes sur tous les murs), démolition et reconstruction des murs des douves sur une longueur de 90 m - récupération et nettoyage de 8.000 tomettes - restauration complète de la maison de gardien - restauration complète du pont-levis qui perdait ses pierres (murs, faîtières, planches du pont) - reprise de maçonnerie dans la salle basse du colombier, remise en état des accès extérieurs (qui servaient de décharge...), restauration de la poutre maîtresse et des fermes de l'aile Ouest.

De gros travaux restent à faire : couverture du colombier ; façade du château (enduite de ciment gris) à crépir et toutes les embrasures des fenêtres à remettre en état d'origine (pierres et briquettes).

Visualiser la page des restaurations 2006.




OUVERTURE AU PUBLIC

du terre-plein carré vers le potager
Sur rendez-vous uniquement. Possibilité de réceptions, réunions familiales et logement.

dimanche 17 septembre 2006 de 14 à 17 heures : Journées Européennes du Patrimoine. A cette occasion, Jérôme Baconin dédicacera son livre "Le Gâtinais, Beaune-la-Rolande, Bellgrde, Corbeilles, Puiseaux" ; l'ensemble "La Bouinade" donnera un concert de musique du folklore traditionnel et une exposition de peintures de Jean Baconin et A. Dion saura charmer vos sens.







petit pont sur les douves entre le potager et le château
CONTACT


Monsieur et madame KESSLER, château de la Planchette, 45490 Mignerette
Téléphone : 02 38 96 46 14

Les informations contenues dans ce reportage ont été recueillies auprès des propriétaires.




Plan de situation :