CHATEAU DE PLESSIS SAINT-JEAN
PLESSIS-SAINT-JEAN (Yonne)



HISTORIQUE DE PLESSIS SAINT-JEAN et du CHATEAU

Le village :

L'origine du nom Plessis vient du latin signifiant "lieu fermé de pieux et de branches entrelacées". On peut donc en déduire que le village était autrefois pourvu d'une enceinte primitive destinée à écarter les animaux sauvages qui habitaient les forêts environnantes.

blason des Le Bas Duplessis : le lion représente le château, les sinoples : le parc et l'or les terres Quant au nom de Saint-Jean (ancien fief des Templiers et des Hospitaliers), il a pour origine le fait que la terre appartint longtemps à l'ordre des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui y possédaient une grosse ferme, disparue depuis lors. Comme dans tous les bourgs où l'ordre des Templiers possédait un château, la légende affirme que de grands trésors sont enfouis dans des caches secrètes. Lors des excavations faites sur les lieux, certains prétendent que des pièces d'or du XIIème et XIIIème siècles y ont effectivement été découvertes.

Il faut noter que le mot "Plessis" a toujours figuré dans le nom du village ; celui-ci s'est appelé primitivement le Plessis-aux-Eventés, puis successivement le Plessis-Messire-Guillaume et le Plessis-Praslin, du nom de deux seigneurs du lieu. Le plus ancien seigneur connu à ce jour est Godefroy du Plessis-aux-Eventés.

Au cours du 12ème siècle, la frontière entre le domaine royal et le jeune comté de Champagne se fixe définitivement. Le tracé emprunte la vallée de l'Oreuse laissant le plateau qui descend vers la Seine au pouvoir des Champenois. Retranché à Provins où il développe l'activité économique avec succès, le comte de Champagne a besoin de défendre sa frontière des plateaux. Dans son entourage figure la famille LÉVENTÉ, richement possessionnée dans la vallée de la Voulzie et à Bray-sur-Seine. Il charge un de ses membres de s'installer dans une maison forte édifiée en un point haut du plateau : au Plessis. Ainsi apparaît le Plessis-aux-Eventés qui deviendra Plessis Saint-Jean.
façade Nord
Au milieu du règne de Philippe-Auguste, les LÉVENTÉ abandonnent leur nom de famille pour s'identifier à la maison forte qui fait leur orgueil. Ils s'appelleront désormais DUPLESSIS (1202). Durant la guerre de Cent Ans, les chefs du lignage portent avec constance le prénom Guillaume. Il en est tenu compte. La paroisse se nomme alors "Plessis-Messire-Guillaume". La famille DUPLESSIS se voit confier des responsabilités : capitaines de Montereau et de Troyes, bailli de Troyes. Elle ne vit plus dans son château ruiné par les Jacques.

Pour les habitants, privés de la présence effective de leurs seigneurs Duplessis, une évidence s'impose : leur village est le Plessis Saint-Jean. L'abandon de l'ancien nom (Plessis Messire Guillaume) fut obtenue par les villageois sans aucune autorisation administrative.

Le château :

Le château de Plessis Saint Jean a obtenu l'agrément fiscal des Monuments Historiques, première étape vers l'inscription. La Fondation du Patrimoine a attribué son label pour la partie visible de la route. Il n'en existe pas d'historique précis.

une partie du parc
Monsieur et madame CONSOLA, propriétaires actuels, l'ont acheté en 2002 à la succession de monsieur et madame NUNS qui en étaient propriétaires depuis 1943.

Il est situé sur une éminence et entouré d'un parc de 4 hectares (sur les 1.000 que possédaient les DUPLESSIS). Une allée bordée de tilleuls conduit à l'entrée du village, place de l'église. Trois édifices ont été successivement construits sur le même emplacement. Le premier était un château fort du 12ème siècle dont subsistent les fossés, parfaitement conservés, et quelques vestiges. Ces fossés, profonds de 6 à 7 mètres et larges de 10 mètres, sont tapissés intérieurement d'une muraille de pierres percée ça et là de portes menant à des souterrains.


grille d'entrée du château

Ce château fut détruit et, vers l'époque de la Renaissance, remplacé par un château plus élégant et plus confortable. De ce second château subsistent encore une tour ronde et un puits profond d'une centaine de mètres, surmonté d'un ingénieux système de roues démultipliées. Le château Renaissance fut démoli par ses propriétaires et remplacé par le château actuel au 19ème siècle. Des fenêtres mansardées, disparues aujourd'hui, ornaient les toits, et la partie droite du corps de logis qui sert aujourd'hui de garage était probablement une tour carrée symétrique à celle de gauche. Il est intéressant de noter que la tour de l'escalier (18ème siècle) est construite sur une ancienne tour du château fort.



Le château est entouré de douves sèches, les nappes phréatiques étant très profondes (80 à 100 mètres). Un pont-levis, aujourd'hui détruit mais dont on reconnaît les traces, permettait de franchir cette enceinte. Les murailles du château devaient probablement s'élever au bord même de ces fossés profonds qui constituaient une défense impressionnante.

dans les douves : vue de la poterne de l'ancien château fort A l'intérieur de l'enceinte, dans ce qui est aujourd'hui le parc du château, on peut encore voir, sous une dalle de pierre, deux oubliettes profondes d'environ 6,50 mètres. L'une d'elles, située au centre de ce qui était la tour ronde primitive du château fort et de ce qu'on croit être la chapelle, est encore munie d'une échelle métallique rouillée qui permettait peut-être de récupérer "morts ou vifs" ceux qui y avaient été jetés. Sa maçonnerie, en pierres d'origine, est très bien conservée.

L'ancien puits du château fort datant du 12-13ème siècle est encore visible. C'est sans doute à cette époque que fut démoli le pont-levis qui fut remplacé par un large pont formant entrée du château. Des grilles clôturent encore cette entrée. Elles étaient autrefois surmontées d'un écusson aux armes de la famille DUPLESSIS, mais un ouragan le brisa. Sur la pelouse on peut admirer un cadran solaire en pierre dont la flèche a malheureusement été perdue.

puits du château fort  
Le puits avant et après restauration


D'importants communs étaient séparés du château par un grand mur reliant l'entrée du château aux douves. La base d'un pigeonnier a été mise à jour (10 mètres de diamètre) et une citerne d'eau a également été découverte.





TRAVAUX DE RESTAURATION

L'ensemble du site est considéré comme site archéologique et des fouilles seraient nécessaires pour retrouver ce qui aurait pu être conservé de l'époque médiévale. Toute la partie du parc se trouvant devant la façade Sud-Ouest n'a jamais été touchée ; elle est donc parfaitement intacte pour d'éventuelles recherches. Des vestiges de l'ancienne chapelle ont été mis à jour au niveau d'une tour ronde du château fort, détruite aujourd'hui, tout près de la poterne ; cette poterne permettait, quand le pont-levis était levé, de passer dans les douves pour des raisons de service.

cuve baptismale ?La quasi-totalité des douves a été débroussaillée et les murs délierrés sur une bonne partie ce qui a permis de se rendre compte de leur état de conservation, fenêtre datant du Moyen-Agede celui de la maçonnerie, des chaînages et du type de construction.

Un bassin présentant certaines caractéristiques d'une cuve baptismale a été mis à jour de même qu'une deuxième citerne à ras du sol, recouverte, datant très probablement du château fort.

Une fenêtre datant du Moyen-Age vient d'être découverte dans les douves avec sa protection en fer croisé. Elle est percée dans un mur d'un mètre d'épaisseur.


Quand monsieur et madame CONSOLA en sont devenus propriétaires, la partie habitable du château était recouverte de lierre.

façade nord, tour de l'escalierLes projets de restauration sont nombreux. En 2006, l'harmonisation des deux tours carrées de la façade Sud a été réalisée en reconstruisant celle de droite qui n'abritait plus qu'une pièce servant de garage. De même, il est envisagé de relever d'un étage la petite tour accolée à la tour ronde de l'escalier et de refaire des lucarnes à la Mansart sur le toit, comme autrefois.

Le château a été rendu habitable : installation de chauffage, électricité, fosses sceptiques, évacuation d'eau, aménagement d'une cuisine, de salles de bains... Douze fenêtres ont été remplacées mais il faut en refaire la totalité. Le ciment qui recouvre le bâtiment sera remplacé par de la chaux.
La toiture actuelle, en petites tuiles de Bourgogne, sera probablement remplacée par de l'ardoise car la charpente a souffert et l'ardoise est plus légère que la tuile.

le château - carte postale début 1900De gros travaux de stabilisation et de restauration des douves sont en cours. Celles-ci ont été en partie nettoyées (le travail a été fait par un groupe de bénévoles de l'association "Renaissance des châteaux de Plessis Saint Jean" qui regroupe 40 personnes et qui est née en janvier 2004). Leurs murs extérieurs s'écroulent par endroit mais leur assise, qui est celle du château fort du 12- 13ème siècle, est impeccablement conservée et solide.

La partie du parc qui donne sur le village est close de murs dont certaines parties se sont écroulées et qu'il faudra refaire. Le reste n'était pas clôturé car il y avait des bois. Monsieur et madame CONSOLA ont clos le périmètre du château pour assurer la sécurité des personnes du fait de la dangerosité du site.

Activités de restauration planifiées :

Restauration des deux puits avec reconstruction de la charpente :

Le dossier du projet a été approuvé par la SDAP d’Auxerre. Celui-ci est mis à disposition des personnes intéressées.
Les différents travaux planifiés pour la fin année 2006 ont été réalisés par M. Devaud avec la collaboration du groupe des bénévoles de l’association : démolition de l’ancienne charpente du puits de la plate-forme, terrassement et maçonnerie de soutien. Les traçage, coupe et assemblage de la charpente sont prévus pour l’hiver 2007. Le projet est suivi par M. Leynet, architecte du patrimoine désigné.

le pont sur les douves La profondeur des deux puits a été mesurée par un puisatier et les deux contiennent plusieurs mètres d’eau. (Voir le site internet pour les détails).

Le but est de les sécuriser d’une part et d’autre part de les rendre fonctionnels, afin qu’ils constituent un des points importants de présentation pour les visiteurs, compte tenu de leur exceptionnelle profondeur et ancienneté. L’inauguration est prévue lors la fête de la Saint Jean.  

Protection de la poterne :
Dégagement plus soigneux des abords de la poterne et installation d’une protection métallique. Nettoyage du coté interne et solidification des parois.

Continuation de la restauration des murailles des douves :
Les travaux de dégagement côté intérieur et côté extérieur ont été poursuivis pendant l’été et l’automne 2006 et vont se poursuivre en 2007.


Recherches historiques :

Notre adhérente Madame Jacqueline Brunot a terminé une importante recherche sur les familles qui ont vécu sur le site et ont été les maîtres du château et du village pendant plusieurs siècles. L’étude couvre les époques entre l’an mille et le XXème siècle. La brochure grand public devrait sortir avant l’été 2007.

Une copie lisible des parchemins du dossier "Templiers et Hospitaliers" de Plessis Saint Jean (époque 12ème/18ème - original conservé à la Bibliothèque Nationale) va être fournie, ce qui fera avancer considérablement les recherches.

Les sondages géo-électriques ont été réalisés sur la plate-forme. Les fondations de plusieurs bâtiments ont été détectées. Un chantier de fouilles va être ouvert par le Service d'archéologie de Dijon.





OUVERTURE AU PUBLIC 2010

Une visite guidée du parc, des douves, du château et de ses annexes est prévue. Le site présentant un danger potentiel pour les visiteurs du fait de l'état de délabrement d'une partie des murs, particulièrement des douves médiévales, les visiteurs ne seront pas autorisés à se promener seuls et les lieux, ne pouvant pas actuellement être régulièrement accessibles à la visite, ne le seront qu'en :

ancienne citerne du château fort Juin : 26 et 27
Juillet : du 3 au 11 ; du 14 au 18 ; du 24 au 30
Août : du 2 au 8 ; du 14 au 22
Septembre : 4 et 5 ; 18 et 19
Tarif : adultes 2 euros - enfants 1 euro (- 18 ans)
Visites guidées de 14 à 17 heures

Ces visites sont organisées par les propriétaires, avec la collaboration de l'Association "Renaissance des châteaux de Plessis Saint-Jean" dont l'objet est de faire redécouvrir et connaître le site des châteaux de Plessis Saint-Jean et de participer à sa sauvegarde et à son animation. Elle est ouverte à tous ceux qui souhaitent participer à la restauration du château et à la conservation des vestiges historiques de la région.


Journées du patrimoine :

Visite guidée gratuite du rez-de-chaussée, des douves et des vestiges archéologiques.

ACTIVITES ET ANIMATIONS 2010



CONTACT

Monsieur et madame CONSOLA
"Renaissance des châteaux de Plessis Saint Jean" Château de Plessis Saint Jean
7 Place de l'Eglise
89140 Le Plessis Saint Jean
Tél : 03 86 66 36 65

site internet

e-mail

château et village de Plessis Saint Jean - vue aérienne

Les informations contenues dans ce reportage ont été recueillies auprès des propriétaires.


Plan de situation :