LEXIQUE



Archère verticale Bretèche Hourd archère canonnière Archère verticale Bretèche Archère verticale Machicoulis Bretèche Toiture en poivrière tour d'angle Créneau et merlon tour ouverte à la gorge Mâchicoulis Canonnière Fenêtre à croisée de meneaux maîtresse tour Archère cruciforme Donjon basse-cour Pont-levis tour à bec tourelle d'escalier à vis corps de logis


Promenez lentement votre souris sur le plan


A-B-C-D-E-F-G-H-I-J-K-L-M-N-O-P-Q-R-S-T-U-V-W-X-Y-Z




Archère : les archères sont des ouvertures pratiquées dans un mur dans un but de défense avec des armes de tir. On distingue : l'archère, simple embrasure verticale à ébrasement intérieur, la plus simple et la plus ancienne des meurtrières. Elle sert davantage au tir à l'arbalète, plus puissante et plus sûre que l'arc ; l'archère cruciforme dont la croix pouvait servir de viseur à l'archer ; l'archère canonnière, type transitoire de meurtrière provenant de la transformation d'une archère en canonnière et qui se transforma en canonnière pour l'usage d'armes à feu de petit calibre, celle-ci ayant une embrasure de tir horizontale à ébrasement extérieur.

Assommoir : ouverture percée au dessus d'une porte ou d'un passage, destinée à laisser tomber des projectiles sur un assaillant.





Barbacane : petit ensemble défensif en avancée du pont-levis d'un château fort, permettant de masser des troupes à couvert en avant du château. Assez basses, les fortifications de la barbacane sont parcourures par un chemin de ronde et protégées, à l'extérieur, par un fossé que l'on pouvait franchir sur un pont-levis. L'ensemble comporte souvent une salle des gardes et une réserve de munitions.

Basse-cour : espace situé à l'intérieur de l'enceinte d'un château-fort et situé en contrebas du donjon seigneurial, généralement construit sur une motte plus élevée. Autour de la basse-cour étaient groupés les écuries, les chenils, les remises, les fours à pain, etc.

Bastion : ouvrage bas fortifié, à l'origine hémicylindrique et ouvert à la gorge, adapté au tir horizontal des canons. Plus tard, ce mot désignera les ouvrages de forme pentagonale des fortifications modernes.

Beffroi : tour facile à déplacer, en bois, plus haute que les remparts afin de pouvoir tirer à l'intérieur de l'enceinte.

Bélier : instrument d'attaque roulant, composé d'un madrier de bois porté à bras ou suspendu à des bâtis mobiles, afin de détruire portes et murailles.

Berme (voir lice) : espace situé entre le pied d'un rempart et l'escarpe du fossé afin d'arrêter les terres et pierres provenant de l'éboulement du rempart et éviter ainsi que les assaillants n'approchent de l'enceinte.

Bossage : saillies en pierres ménagées sur un mur ; il engendre un jeu d'ombres et de lumière renforçant en apparence la maçonnerie d'une tour ou d'une courtine. Il absorbait également une partie de l'énergie cynétique des boulets de canons.

Boulin : trou percé dans un mur et destiné à recevoir l'extrémité d'une poutre ; la poutre elle-même.

Bretèche : petit ouvrage défensif en saillie dont le mur extérieur repose sur des consoles. Elle permet le tir fichant (vertical). Souvent, elles servirent de latrines.





Canonnière : embrasure percée pour accueillir le canon d'une arme à feu (voir archère).

Cantonné
: se dit d'une construction, d'une colonne, d'un pilier, d'un meuble, dont les angles sont relevés d'une tourelle, d'une colonnette, d'une ornementation.

Caponnière : ouvrage bas flanquant l'intérieur d'un fossé et servant à la défense au moyen de tirs d'artillerie.

Casemate : chemin de ronde souterrain.

Cavalier : terrasse ménagée au sommet d'une tour de défense pour le tir au canon (à partir du 15ème siècle).

Châtelet : entrée du château à vocation défensive et ostentatoire. Il permet l'adjonction d'élémens d'arrêt (herse, assomoir). Les défenseurs pouvaient y loger.

Chemise : enceinte basse maçonnée enveloppant à faible distance la base d'une tour, souvent le donjon pour renforcer sa protection.

Chicane : couloir en ziggaz destiné à filtrer et ralentir les mouvements de l'assaillant.

Commander : un ouvrage en commande un autre quand il le domine de façon à le surveiller, le défendre.

Console : ensemble de corbeaux supportant des mâchicoulis ou un chemin de ronde.

Contrefort : massif de maçonnerie élevé en saillie contre un mur ou un support pour l'épauler.

Contrescarpe : paroi d'un fossé du côté de l'assaillant.

Corbeau : pierre ou pièces de bois en saillie, servant de support pour des planchers, des parapets...

Corps de place : enceinte principale d'uneplace forte.

Courtine : mur compris entre deux tours ou deux bastions.

Coussiège : siège en pierre pris dans le mur et placé dans l'embrasure d'une fenêtre.

Créneau : partie ouverte d'un parapet au-dessus d'un rempart ou d'une tour.

Cul de lampe : ouvrage décoratif composé de pierres posées en surplomb pour supporter la retombée d'arcs ou de nervures.





Donjon
: grosse tour forte d'un château médiéval. Demeure du seigneur, il est aussi l'ultime défense. Jusqu'à la fin du 10ème siècle, le donjon carré, en bois, est établi sur une butte artificielle ou naturelle, la motte. Au 11ème siècle, la pierre remplace le bois mais le donjon reste carré. A la fin du 11ème, il adopte la forme ronde qui offre moins de prise à l'attaque. Il peut être aussi octogonal, ovale ou en proue de navire et cantonné de tourelles.

Douves : large fossé rempli d'eau entourant une demeure.




Ebrasement : dans la partie intérieure d'une baie, ce sont les côtés obliques du mur. Il apporte plus de lumière à la baie ou plus de battement au vantail.

Echauguette : petit ouvrage en surplomb de forme circulaire, à l'angle d'une fortification.

Embrasure : ouverture pratiquée dans l'épaisseur d'un mur destinée à recevoir une fenêtre, une archère, une porte...

Encorbellement : construction établie en porte-à-faux sur un étage en retrait et supportée par des consoles ou des corbeaux.

Escalier droit : escalier se déroulant dans un même axe et composée d'une ou plusieurs volées.

Escalier rampant : escalier placé dans l'épaisseur d'un mur circulaire dont l'axe forme une courbe.

Escalier à vis
: escalier tournant autour d'un axe appelé noyau et formé de marches triangulaires. Chaque extrémité de la marche constitue le noyau.

Escarpe : paroi d'un fossé du côté de l'enceinte. Souvent maçonnée, elle constitue le socle du mur et présente un caractère défensif.



Fenêtre à meneau : le meneau est un montant fixe qui divise une fenêtre en compartiments, notamment dans l'architecture du Moyen-Age et de la Renaissance. Il peut être recoupé par un ou plusieurs croisillons.

Flanquer : on dit d'un ouvrage qu'il est "flanqué" quand il est entouré d'autres ouvrages (une maison flanquée de deux tours) ou quand il est défendu par le tir d'ouvrages voisins (rempart flanqué de deux tours).

Flèche : bras de levage d'un pont-levis.

Fort : place forte venant renforcer le système de défense d'un ouvrage militaire, d'une ville, d'une frontière...

Forteresse : place forte à vocation purement militaire.





Galerie
: A l'époque médiévale, le terme galerie désigne tout espace annexe sans destination précise à part celle de circulation ou de délassement qui ont une place très forte dans la vie castrale. Les espaces désignés peuvent être ouverts ou fermés.

Gargouille : conduit saillant, souvent orné d'une figure de fantaisie, adapté à une gouttière ou un chéneau et qui déverse les eaux de pluie à distance du mur.

Guette : tourelle construite au sommet de la plus haute des tours afin de surveiller les alentours.





Herse
: grille de fermeture d'une porte glissant dans des rainures verticales, manoeuvrée au moyen d'un treuil ou d'un contrepoids.

Hourd : coursière en bois construite en surplomb d'une courtine, d'une tour ou d'une enceinte. Des ouvertures dans son sol permettent de protéger le pied de la muraille en permettant des tirs verticaux dits "tirs fichants".

Huchette : sorte de volet pivotant sur l'axe horizontal supérieur, obturant une meurtrière ou un créneau. Celles-ci ayant disparu ne subsistent généralement en place que les tourillons qui les portaient.





Latrines : toilettes médiévales se situant soit en encorbellement au dessus des fossés, soit dans les murs et raccordées par des conduits à une fosse.

Lice : espace compris entre une enceinte et un fossé ou entre deux enceintes où se jouaient les tournois (d'où l'expression "entrer en lice").

Loup
(ou louve) : crochet à deux pinces destiné à saisir le madrier du bélier et de le retourner contre l'attaquant soit en soulevant le bélier, soit en le brisant.





Mâchicoulis : coursière en pierre de construction
et à la fonction identiques à celles des hourds. Ils peuvent être couverts ou non.

Mantelet
: bâti roulant fait de planches de bois recouvertes de peaux fraîches destinées à le protéger du feu et qui servait à protéger les attaquants des tirs des assiégés.

Merlon
: partie maçonnée située entre deux créneaux.

Meurtrière
: voir "archère"

Mine
: couloir souterrain creusé par l'attaquant afin d'atteindre la base de la muraille et d'y ménager une chambre de mine dont l'effondrement sous l'effet du feu ou de la poudre a pour but de provoquer une brèche dans l'enceinte.





Place forte
: lieu indépendant (ville, forteresse...) entouré de fortifications

Poivrière
: toiture à forme conique.

Pont dormant : ouvrage fixe en bois permettant de franchir un fossé.

Pont-Levis : constante du château fort, il permettait d'interrompre le passage au droit d'un fossé. Il défendait les portes des tours maîtresses et les portes principales des enceintes. Pont-mobile en bois, il se levait ou se baissait à volonté au-dessus d'un fossé. D'abord pont à bascule, équilibré par un simple contrepoids, il se perfectionne au 13ème siècle en pont-levis à chaînes actionné par un treuil, puis vers les milieu du 14ème siècle, en pont-levis à flèches et contrepoids.

Poterne : porte dérobée percée dans la muraille d'une fortication et donnant souvent sur le fossé.





Sape
: ensemble des travaux souterrains destinés à miner la muraille de l'assiégé.





Tablier
: plancher du pont-levis.

Talus (ou glacis) : base inclinée des murs d'une fortification servant à entraver les approches ou l'échelade et permettant aux projectiles lancés du haut des remparts, hourds ou machicoulis de rebondir et d'atteindre l'assaillant.

Tir : on distingue plusieurs type de tir selon l'angle et la direction. Le tir de flanquement est sensiblement parallèle à la ligne de fortification. Le tir frontal est perpendiculaire à la ligne de fortification. Le tir d'écharpe est un tir à 45 °. Le tir fichant est un tir qui, du haut d'une tour, des hourds, des mâchicoulis, d'une bretèche ou tout simplement d'un rempart, assure la protection verticale d'un ouvrage.

Tour : ouvrage saillant sur les courtines, à plan carré ou circulaire, et formant un flanquement suffisant avant l'emploi des armes à feu. Selon leur forme, on distingue en particulier : les tours en fer à cheval ou ouvertes à la gorge, c'est-à-dire sans mur du côté de la place, ce qui permet de les garder sous le tir de cette place même si elles ont été prises ; les tours à bec, et les tours en éperons qui offrent moins de prise à l'ennemi.





Vantail
: tout panneau mobile destiné à fermer une ouverture.

Volée : ensemble des marches comprises entre deux paliers.